ACCUEIL     AUTRE CHOIX
Province du Lyonnais :
De gueules au lion à la queue contournée d'argent,
au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.
Province d'Auvergne :
D'or au gonfanon de gueules frangé de sinople.
Province du Bourbonnais :
D'azur semé de fleurs de lys d'or au bâton
de gueules brochant sur le tout.
Province du Forez :
De gueules au dauphin d'or.
 
CRS 34
Roanne
CRS 45
Lyon
CRS 46
Lyon
CRS 47
Grenoble
CRS 48
Clermont-Ferrand
CRS 49
Montélimar
CRS 50
Saint-Etienne
 
C.R.S. 34 - Roanne (Mably (42)
Écu écartelé représentant :

    Sept fleurs de lys d’or sur fond azur : province du lyonnais rattachée au royaume de France. Le passage est progressif mais l'on retient généralement la date du 10 avril 1312 comme le rattachement officiel de Lyon au royaume de France grâce au traité de Vienne par lequel l'archevêque de Lyon Pierre de Savoie abandonne au roi Philippe le Bel la souveraineté de la ville et du comté de Lyon.

    Dauphin d’or sur fond de gueule : comté du forez ancien fief aux marges des royaumes de Bourgogne et de France correspondant à peu près à l'actuel département de la Loire.

    D'or aux trois jumelles de sable en fasce : armes de la Maison Gouffier en Roannais (1455-1667).

C.R.S. 45 - Lyon (Chassieu (69)
 L’insigne de la CRS 45 représente les armes de la ville de Lyon (69) surmontées du heaume de chevalier.

En 1320, les Lyonnais affichèrent ouvertement leur fidélité à la royauté en ajoutant en haut de leurs pennons (bannières) un chef de France.

Au XIIIème siècle, les bourgeois en lutte contre le pouvoir des archevêques arboraient le symbole « parlant » du roi des animaux.

C.R.S. 46 - Lyon (Sainte-Foy-lès-Lyon (69)
Écu écartelé représentant :

Lion d’argent sur fond de gueule (Lyon (69).

Deux palmes d’or en sautoir cantonnées au chef d’une couronne fermée et de trois croisettes sur fond azur (Saint-Étienne (42)

Porte de ville d’argent au chef d’azur chargée de trois fleurs de lys d’or (Villefranche-sur-Saône (69).

    Croissant d’argent surmonté de la croix de la légion d’honneur sur fond azur (Roanne (42). (Le croissant rappelle la forme du port de Roanne et que la Légion d'Honneur fut attribuée à la ville en 1864 pour avoir repoussé les Autrichiens en 1814.)

Ces quatre villes représentent les provinces du Lyonnais, du Beaujolais, du Forez et du Jarez qui formaient l’ancien département du Rhône et Loire.

C.R.S. 47 - Grenoble (38)
 L’écu de la compagnie est représenté ainsi :

Parti dextre d'azur en pointe : le blason de l'ancienne province du Dauphiné.

Parti senestre pourpre en pointe : le blason de l'ancienne province de Savoie (zone d’interventions pour le secours en montagne de la CRS ALPES), surmontées par le chamois qui figurait sur l’insigne de la CRS 147.

On peut lire ainsi " De jour comme de nuit, le chamois veille sur le Dauphiné et la Savoie ".

C.R.S. 48 - Clermont-Ferrand (Châtel-Guyon (63)
     L’insigne de la CRS 48 reprend les armes de la ville de Clermont-Ferrand (63). ( Croix de gueules bordée d’or cantonnée de quatre fleurs de lys d’or sur fond azur), sur les armes de l’Auvergne (gonfanon de gueules frangé de sinople).

    La croix pourrait être un rappel de la 1ère croisade qui fut prêchée à Clermont en 1095. Les fleurs de lys firent leur apparition en 1300.

    Le gonfanon aurait pour origine la bannière que portait Saint-Eustache III, comte de Boulogne, lors de la conquête de Jérusalem avec son frère Godefroy De Bouillon.

C.R.S. 49 - Montélimar (26)
L’insigne de la compagnie reprend :

    Le blason du Dauphiné ; le dauphin fut l’emblème des seigneurs qui se succédèrent de 1029 à 1349. A cette date, le futur roi Charles V Le Sage, écartela l’emblème animal avec les lys de France.

Le blason de la Provence qui est une simplification des armes que portait Charles d’Anjou, neveu du « Bon Roi » René.

Les armes de la ville de Montélimar (bulle papale).

C.R.S. 50 - Saint-Étienne (La Talaudière (42)
 L’insigne de la CRS 50 représente :

Un dauphin d’or sur fond de gueules ( comté du Forez ).

    Deux palmes d’or en sautoir cantonnées au chef d’une couronne fermée et de trois croisettes, pommetées d’argent, sur fond azur ( Saint- Étienne ).

Les palmes et les croix aux extrémités terminées par des pierres symbolisent le supplice du diacre Saint-Étienne, premier martyr de la chrétienté qui fut lapidé à Jérusalem.



 
  Copyright © 2002. Tous droits réservés.
  Révision : 23 févr. 2016