Les CRS Algériennes

crs algeriennes

– La crise Algérienne –

    Dès 1952 trois compagnies sont envoyées dans les départements algériens. Suite aux événements du 1er novembre 1954, 20 autres suivent.
Les premiers heurts avec les CRS en 1956 conduisent les autorités à créées 7 compagnies algériennes.
En 1957, leur  nombre est porté 12 et à 16, puis à 19 en 1958.

    Un Groupement Central des CRS fût créé en Algérie, il dirigeait :
– Groupement X d’Alger : les CRS 195, 197, 203, 207 et 210.
– Groupement XI d’Oran : Les CRS 191, 193, 198, 204, 206 et 211.
– Groupement XII de Constantine : Les CRS 192, 194, 196, 199, 205, 208, 209 et 212.

    Les 19 compagnies ont été dissoutes et affectées dans les CRS métropolitaines par le décret du 28 octobre 1963.

CRS 191 ALGER
CRS 196 BÔNE
CRS 204 ALGER
CRS 209 BATNA
CRS 192 CONSTANTINE
CRS 197 MOSTAGANEM
CRS 205 CONSTANTINE
CRS 210 AÏN-TEMOUCHENT
CRS 193 ALGER
CRS 198 BLIDA
CRS 206 AFFREVILLE
CRS 211 TIZI-OUZOU
CRS 194 BOUGIE
CRS 199 SÉTIF
CRS 207 TLEMCEN
CRS 212 PHILIPPEVILLE
CRS 195 ORAN
CRS 203 ORAN
CRS 208 BÔNE
Les compagnies 213 (Oran) et 214 (Sidi-Mabrouck) sont des unités créées mais non réalisées.

CRS 191 – ALGER

insigne crs 191 Compagnie créée le 20 janvier 1956 à Alger.
Création du premier peloton motocycliste d’Algérie au sein de la compagnie le 1er février 1957.
Transférée à Saint-Nazaire (44) et dissoute le 1er février 1963.

    Sur fond bleu nuit tapissé du croissant de l’islam, l’insigne émaillé représente les armoiries de la ville, timbré d’une couronne à cinq tours crénelées d’or couvertes en dôme et, celui-ci sommé d’un croissant du même, ouvertes chacune d’une porte de style mauresque et brochant sur le tout un lion couleur or en relief.

Héraldique : “écu byzantin taillé d’azur et de sinople à la barre d’or brochant sur la partition, chargée en pointe d’un lion contourné au naturel (alias : de sable) ayant la patte antérieure dextre posée sur un boulet du même et en chef d’un écusson de gueules à la croix latine alésée d’argent brochant sur la barre et le champ, l’azur chargé d’un navire contourné de sable équipé d’argent soutenu d’un croissant tourné du même, le sinople chargé d’une gerbe d’or posée en barre, le tout enfermé dans une bordure également d’or “.

CRS 192 – CONSTANTINE

insigne crs 192 Compagnie créée le 20 janvier 1956 à Constantine.
Formation d’un peloton moto en janvier 1958.
Transférée à Rennes (35) et Metz (57) et dissoute le 1er février 1963.

   L’insigne représente, en son milieu, les gorges du Rhumel surmonté d’un chevron blanc. La passerelle suspendue de Sidi-M’Cid avec sur la pile dextre une fleur de lys et celle à senestre la main de Fatima. Sur le rocher senestre, le monument aux morts de la ville, copie de l’arc de Triomphe de Dioclétien (original à Timgad) surmonté de la Victoire de Constantine. Les agrumes, citron et orange, ressources de la province agrémentent le logo. En perspective, la mosquée de Sidi Lakhdar.
    Sur le ciel d’azur, le croissant emblème actuel de l’islam, en arabe “hilâl”, mais il ne fut que tardivement considéré comme tel, sans doute à partir du XIXème siècle.

Héraldique : ” Coupé d’azur au croissant d’or et au temple d’or maçonné d’argent, surmonté d’une stèle d’or, cantonné à senestre ; et de pourpre ondé bordé d’or, à la pomme d’orange orangée et au citron d’or feuillés de sable et bordés d’or à dextre, au temple d’argent maçonné de sable et d’argent, ajouré et pignonné d’or et couvert d’orangé à senestre ; chaussé de sinople au chevron d’argent bordée d’or ; à la devise d’argent bordée d’or supportant
une fleur de lis d’or à senestre, et à dextre, une main d’or chaînée du même. “

CRS 193 – ALGER

insigne crs 193 Compagnie créée le 24 avril 1956 à Alger.
Formation d’un peloton moto en 1958.
Transférée à Dijon (21) et Nantes (44) et dissoute le 1er février 1963.

   Représentation de la mosquée Sidi Abd-Er-Rahman avec son minaret à colonnettes qui se dresse au-dessus des bosquets des jardins Marengo entre la casbah et le quartier populaire de Bab-El-Oued. Un panorama sur la baie d’Alger et la pointe du cap Matifou, un navire habillé de voiles voguant vers dextre. En tête, l’écusson de l’ancienne province de la Savoie “de gueules à la croix d’argent” pour souligner l’origine du premier contingent métropolitain de la compagnie.

Héraldique : ” D’azur au franc canton de gueules bordé d’or à la croix alésée d’argent bordée d’or, au soleil éteint d’or, au navire flottant équipé d’or et habillé d’argent sur une mer mouvante d’azur bordée de montagnes d’or et de sable ; au temple et à la tour d’argent maçonnés, ajourés d’or et couverts d’une coupole d’argent au croissant d’or. “

CRS 194 – BOUGIE  Nom actuel de la ville : Béjaia

insigne crs 194

Compagnie créée le 24 avril 1956 à Bougie.
Transférée à Rennes (35) et dissoute en 1964.

    Sur fond d’azur sont reproduites les armoiries de la ville de Bougie : “Parti : au premier coupé d’azur au croissant d’argent et d’argent plain, au second de gueules à la comète chevelée renversée aussi d’argent en chef à senestre ; à la ruche d’or ouverte de sable brochant en abîme sur le tout”.
    L’écu est chargé d’un croissant d’une comète et d’une ruche. Le croissant rappelle la domination arabe, la comète de Biela qui parut à l’époque où l’on construisit l’église en 1858, la ruche, enfin, doit être l’emblème de l’activité des colons et des populations Kabyles, à moins qu’elle ne rappelle la cire dont on fait les bougies qui ont pris leur nom de Béjaia, nom actuel de Bougie. Cet écu est supporté par un singe, ce qui s’explique par la présence de cet animal aux environs de Bougie.
    Sous la pointe, un listel d’or chargé de la devise “Je parviendrai”.

Héraldique : ” D’azur : à l’écusson parti d’azur au croissant tourné d’or, et de gueules à l’étoile d’or issant du chef senestre ; à la tour d’or en cœur brochant sur le tout du tout, maçonnée et couverte du même, ajourée de gueules. “

CRS 195 – ORAN

insigne crs 195

Compagnie créée le 13 juillet 1956 à Oran.
Transférée à Bordeaux (33) et Toulouse (31) et dissoute en 1963.

    L’insigne coupé représente en pointes, deux parties sur quatre des armes de la ville d’Oran: ” le 1°, de gueules au coq d’argent, la patte dextre levée sur une boule d’or et le 2° de sinople au croissant d’or surmonté d’une étoile du même “.
    Pointe dextre : Le croissant, emblème de l’Islam depuis la prise de Constantinople en 1453 et l’étoile, représentent les valeurs de la civilisation arabo-musulmane.
    Pointe senestre : Le Coq ; l’imagerie s’empara du coq lors de la révolution de 1830. Le lieutenant général, duc d’Orléans, signa le 30 juillet une ordonnance mettant le coq gaulois sur les drapeaux et boutons d’habit de la garde nationale et les drapeaux tricolores de l’armée en furent sommés : le coq remplaçait ainsi en quelque sorte l’aigle impérial : la patte dextre du volatile s’appuyait sur une boule marquée du mot France. La IIème République fit graver le sceau de l’État qui sert encore à sceller les constitutions : la Liberté assise y tient un gouvernail marqué d’un coq à la patte posée sur une boule. Il figure toutefois sur le sceau de l’Etat : la liberté assise tient un gouvernail sur lequel est représenté le coq, sa patte dextre sur un globe. (source : élysée.fr, les symboles de la République)
    Dans la partie supérieure, un versant de la colline de Santa-Cruz avec au sommet le fort et la basilique.
    Le fort de Santa-Cruz est un fort militaire construit par les Espagnols lors de leurs conquêtes d’Oran au XVIème siècle.
    En contrebas, la basilique de Santa Cruz se détache sur le bleu profond de la mer sous un soleil généreux et souligne la bienveillance de Notre-Dame de Santa Cruz qui veille sur la ville. La Vierge avait sauvé les Oranais d’une épidémie de choléra en 1849 en répondant à leurs prières et en leur envoyant la pluie ; ils ont respecté la promesse qu’ils lui avaient faite en lui édifiant la basilique que l’on connait et depuis elle n’a cessé de veiller sur eux.

Héraldique : ” Coupé mi-parti en pointe : en 1, d’azur au soleil couchant d’or et à la montagne de sable et d’or à un coupeau d’or surmonté d’un temple du même, sur une mer mouvante d’azur ; en 2, de sable au croissant et à l’étoile d’or ; en 3, de gueules au coq hardi d’or. “


CRS 196 – BÔNE Nom actuel de la ville : Annaba

insigne crs 196

Compagnie créée le 13 juillet 1956 à Bône.
Transférée à Grenoble (38) et dissoute en 1964.

    L’insigne coupé représente dans la partie inférieure des éléments d’armoiries de la ville de Bône.
Dans le coupé supérieur est représenté :
A dextre, la basilique Saint-Augustin construite de 1881 à 1900 est une réplique de la cathédrale de Carthage (Tunisie).
A senestre, des colonnes antiques de l’ancienne ville d’Hippone.
    Sur le coupé en pointe, un ciel de gueule, (sur l’original un champ d’azur intense) au bord d’une mer agitée, le rocher du lion doré par les rayons du soleil levant, le soleil de la ville naissant à la vie, regarde placidement venir une galère d’or que sa voile gonflée pousse vers la cité symbolisée par un rameau de jujubier au naturel posé sur une barre azur.
    Appelé également Balad-Al-Unnâb, c’est-à-dire la ville des jujubes, son nom est dû à la présence de nombreux jujubiers (arbres fruitiers)  qui poussaient dans la région.

Héraldique : ” Coupé d’azur au temple d’or à trois tours, maçonnés, ajourés et couverts de sable, et à la stèle du même ; de gueules au navire flottant d’or équipé et habillé de gueules et d’argent sur une mer mouvante d’azur ; à la barre brochant sur le tout d’azur bordée d’or au feuillage de gueules et de sable .”

CRS 197 – MOSTAGANEM

insigne crs 197

Compagnie créée le 13 juillet 1956 à Mostaganem.
Transférée à Metz (57) et dissoute en 1964.

    Insigne taillé qui représente à senestre les armes de la ville sans respect des couleurs d’origine : De gueule à la lettre M capitale d’or brochant sur une ancre d’or mais sans sa gumène (câble de l’ancre). Taillé dextre, sur fond doré, rappelant les activités maritimes de la ville, est représentée une tartane de pêche qui doit son nom au filet appelé tartanon. 
    Sur une barre de sable, le nom en arabe de Mostaganem écrit en lettres d’or.

Héraldique : ” Taillé d’or au navire équipé et habillé de gueules ; et de gueules à l’ancre de marine, à la stangue, à la trabe et à la lettre M d’or ; et à la barre de sable bordée d’or, chargée de l’inscription ” MOSTAGANEM ” en lettres d’or. “

CRS 198 – BLIDA

insigne crs 198

Compagnie créée en 1956 à Blida.
Transférée à Nantes (44) et dissoute en 1964.

    Taillé supérieur : La chaîne montagneuse de l’Atlas et le djebel Guerroumène sur une terrasse d’or et brochant, la mosquée de Blida.
    Taillé inférieur : A dextre, une rose ; entourée d’orangeraies et de rosiers, Blida était appelée “Ourida = la petite Rose. En fait on l’appelle “la ville des Roses”, située dans la verdoyante Mitidja, elle embaume de tous les rosiers qui fleurissent dans la ville. A senestre, une orange ; les Blidéens ont bien compris que l’arbre, aux fleurs d’argent et aux fruits d’or, est une joie pour le regard et pour l’avenir de leur cité la plus originale des parures. Afin que les touristes puissent l’admirer à leur aise sans aller dans les jardins de la banlieue, ils avaient planté, dans l’artère principale, une double allée d’orangers devenus superbes avec les années.
    Brochant, en pointe, une cigale d’or en relief.

Héraldique : ” Coupé d’azur à la montagne d’or à quatre coupeaux d’argent bordés d’or et au temple d’argent ajouré, maçonné et couvert d’or ; et de sable à l’abeille brochant sur le tout d’or et de sable, cantonné à dextre et à senestre d’une grenade de gueules feuillée de sinople et bordée d’or. “

CRS 199 – SÉTIF 

insigne crs 199

Compagnie créée en 1957 à Sétif.
Transférée à Marseille (13) et Avignon (84) et dissoute en 1963.

    Écartelé : au premier d’argent à la croix alésée de gueules, au deuxième d’azur au croissant d’argent surmonté d’une étoile du même, au troisième d’azur à la gerbe de blé liée d’or, au quatrième de gueules au mouton arrêté contourné d’or.
    E1 – Le drapeau suisse rappelant la venue de colons du Pays de Vaud, ils ont cherché meilleure fortune en Algérie française au milieu du XIXème siècle. Sans grand succès. Les plus méritants ont fini par se fondre dans la population française. Leurs descendants ont quitté le pays dans le flot des «pieds noirs» de retour d’Algérie, en 1962.
    E2 – Le croissant, emblème de l’Islam et l’étoile représentent les valeurs de la civilisation arabo-musulmane.
    E3 et E4 – Le mouton et la gerbe de blé rappellent les particulaires naturelles agricoles qui ont permis le développement dans les domaines de la céréaliculture, les cultures fourragères ainsi que l’élevage bovin et ovin.
    Au cœur de l’écu, l’emblème de la ville de Nice ; un aigle rouge couronné posé sur les trois monts : Alban, Gros et Chauve.

Héraldique : ” Ecartelé : en 1, de gueules à la croix alésée d’argent bordée d’or ; en 2, d’azur à la gerbe d’or ; en 3, de gueules au mouton passant de sable ; en 4, d’azur à l’étoile et au croissant d’argent bordés d’or ; à l’écusson brochant sur le tout d’argent à l’aigle éployée de sable, becquée et onglée d’or. “

CRS 203 – ORAN

insigne crs 203

Compagnie créée en 1957 à Oran.
Transférée à Orléans (45) et Nice (06) et dissoute en 1963.

    En pointe, un écu de gueule représente un coq à la patte posée sur un globe ; la IIème République fit graver le sceau de l’État qui sert encore, à peine rectifié, pour sceller les constitutions : la Liberté assise y tient un gouvernail marqué d’un coq à la patte posée sur un globe.
    Les éléments représentant le coq ainsi que le croissant et l’étoile font référence aux populations musulmanes et françaises.
    Vue d’une fenêtre de l’intérieur de la basilique de Santa-Cruz, on aperçoit la corniche, la montagne des lions et le port oranais.
    Il semblerait que le nom “wahrân” (Oran en Arabe) vient du mot arabe “wahr” (lion) et de son duel deux “wahrân” (deux lions). La légende dit qu’à l’époque (vers l’an 900), il y avait encore des lions dans la région. Les deux derniers lions chassés se trouvaient sur la montagne près d’Oran, d’où son nom : la montagne des lions.

Héraldique : ” Coupé de sable à l’ogive d’azur et à la montagne de sinople bordées d’or, cantonné à dextre d’une étoile d’or à six rais et à senestre d’un croissant d’or ; et d’azur à deux vergettes de sable bordées d’or déportées, une à flanc dextre, une à flanc senestre mouvant de gueules, et à l’écusson de gueules en pointe au coq hardi, crêté de gueules, becqué et membré d’or. “

CRS 204 – ALGER

insigne crs 204

Compagnie créée en 1957 à Alger.
Transférée à Strasbourg (67) et dissoute en 1964.

    Sur un ciel d’azur, la mosquée Sidi Ab der Rhaman, à Alger.
    En chef, le blason de la ville de Hussein-Dey. D’azur à la barre d’or côtoyée de quatre croissants montant du même, deux en chef et deux en pointe, timbré d’une couronne à cinq tours crénelées d’or couvertes en dôme et, celui-ci sommé d’un croissant du même, ouvertes chacune d’une porte de style mauresque.
    Hussein Dey, doit son nom au dernier Dey d’Alger qui y possédait une résidence, cette ville, à cinq kilomètres d’Alger, était considérée comme la banlieue industrielle de la ville.

Héraldique : ” D’azur au temple d’or couvert d’un croissant d’or, surmonté à senestre d’une tour au croissant d’or ; à l’arbre de sinople et d’or à dextre ; et à l’écusson d’azur en cœur bordé d’or à quatre croissants d’or et à la barre du même, et surmonté d’une couronne à cinq perles. “

CRS 205 – CONSTANTINE

insigne crs 205

Compagnie créée en 1957 à Constantine.
Transférée à Bordeaux (33) et dissoute en 1964.

    Au cœur, le blason de Constantine : Coupé d’azur et de gueule chevronné d’argent au poisson en pointe de même, sommé d’une couronne murale d’or à cinq créneaux, au cheval gai de sable.

    L’azur représente le ciel d’Algérie, les gueules (d’un mot persan signifiant les couleurs) symboliseraient le désert ; ou, selon une autre signification, les gorges du Rhumel (décrites par Guy de Maupassant telles qu’un “Abîme rouge comme si les flammes éternelles l’avaient brûlé”).
    Le chevron représente le confluent en amont et près de Constantine des Oueds Rhumel et Bou Merzoug. Certains croient y voir l’éperon des cavaliers arabes.
    Sous le chevron, est peut-être représenté le haut de la flamme des CRS représentant la vivacité et la permanence.
    Le barbeau est l’évocation du Rhumel qui traverse la ville ; poisson commun des oueds algériens, (il ne faut pas y voir la marque des premiers chrétiens).
    La couronne murale est le timbre normal des blasons des cités. Ici, elle a une signification particulière. Constantine (ex. Cirta) était dès la plus haute antiquité, une place forte entourée de solides fortifications.
    Quant au cheval, à robe noir de Numibie (gai, signifiant nu c’est-à-dire ni sellé ni bridé), il rappelle l’importance de l’animal de selle pour les populations de la région. Il peut rappeler aussi le souvenir de la célèbre jument noire Halilifa, passée dans la légende arabe, qui par son instinct, sa vigueur et son galop, contribua à la délivrance de Constantine assiégée par les Tunisiens en 1700.

 Héraldique : ” De gueules au cheval courant de sable sur une couronne d’or fleuronnée de cinq merlons au point honorable ; à l’écusson d’azur en coeur à l’étaie et à la flamme de sable, sur une campagne de gueules au chabot tourné vers dextre de gueules lorré de sable ; et en pointe à l’inscription ” CONSTANTINE ” en lettres d’or. “

CRS 206 – AFFREVILLE Nom actuel de la ville : Khemis-Meliana

insigne crs 206

Compagnie créée en 1957 à Affreville.
Transférée à Orléans (45) et dissoute en 1964.

    Sur fond d’azur, les monts du Zaccar avec une cigogne en vol très présente en Algérie.
    Le blason à senestre est celui de la ville d’Affreville, il reprend dans son intégralité celui de la famille d’Affre du nom de l’évêque aveyronnais Monseigneur Denys-Auguste AFFRE, archevêque de Paris, qui fut mortellement blessé sur une barricade du faubourg Saint-Antoine le 26 juin 1848 alors qu’il était venu s’interposer entre les insurgés et les troupes gouvernementales. Le 14 novembre 1848, le gouvernement français avait décidé de donner le nom d’Affreville.

Héraldique : ” D’azur à la montagne de gueules à trois coupeaux bordés d’or et au soleil mouvant d’or ; au cygne volant d’argent au plumage de sable sur une barre d’or et de gueules ; et à l’écusson brochant sur le tout déporté à senestre en abîme, d’azur à la baleine d’or sur une mer mouvante d’or, au chef de gueules à trois étoiles d’or timbré d’une couronne d’or. “

CRS 207 – TLEMCEN

insigne crs 207

Compagnie créée en 1957 à Tlemcen.
Transférée à Toulouse (31) et dissoute en 1964.

    A dextre, une vue des célèbres cascades d’El Ourit, qui ont fait la fierté de Tlemcen et qui ont disparu depuis la construction du barrage du Mefrouch.
    A senestre, la grande mosquée où une inscription sur la corniche indique qu’elle fut construite en 1136. Adextré à celle-ci un palmier et un agave sur une terrasse d’or.
    Sur la bande, aux couleurs du drapeau français : L’écu vert représentant le croissant de l’islam, une gerbe de blé et une croix latine sur fond de gueule.

Héraldique : ” Taillé d’or au pont d’or à deux arches posées sur les pierres du même ; d’azur à la campagne, au temple et à la tour d’or, maçonnés d’argent, de sable et d’or et surmontés d’un coq d’or contourné à senestre, et à l’arbre de sinople bordé d’or accolé des feuilles du même ; et traversé d’azur, d’argent et de gueules à la gerbe d’or en cœur, au franc canton de gueules bordé d’or à la croix latine d’or à senestre, et au franc canton de sinople bordé d’or au croissant d’or à dextre. “

CRS 208 – BÔNE Nom actuel de la ville : Annaba

insigne crs 208

Compagnie créée en 1957 à Bône.
Formation d’un peloton moto en 1957.
Transférée à Dijon (21) et dissoute en 1964.

    En haut de la colline de l’ancienne cité d’Hippone, la casbah, construite en 1300 sur l’ordre du Sultan de Tunis avec en dessous la basilique et le croissant de l’islam.
    Pour pérenniser le souvenir de Saint-Augustin et lui témoigner sa reconnaissance, la communauté chrétienne d’Afrique fit édifier, à Hippone, une basilique qui, du haut de son promontoire, surplombe de son port majestueux la vaste plaine étendue à ses pieds et l’admirable baie de Bône limitée par la ligne des deux caps qui l’encadrent. Le choix de son emplacement, une colline de l’ancienne cité d’Hippone, est hautement symbolique.
    Mais c’est incontestablement Hippone, l’Hippo Regius Colonia des Romains qui a eu les honneurs de l’Histoire.

Héraldique : ” D’azur cantonné d’un croissant contourné d’or, à la montagne de sinople aux deux coupeaux bordés d’or surmontés de trois maisons d’argent bordées d’or ; à la mer d’azur mouvante du flanc senestre, et aux trois tours d’or couvertes de sable et d’or sur une terrasse de sinople à la losange d’azur fascée en pointe et bordée d’argent, avec pour devise : HIPPO REGIUS , d’or. “

CRS 209 – BATNA

insigne crs 209

Compagnie créée en 1957 à Batna.
Transférée à Saint-Laurent-du-Var (06) et dissoute en 1964.

    Taillé supérieur, l’arc de Trajan sur les ruines de la ville de Timgad est également connue sous le nom de Pompéi Numide. Elles datent du IIème siècle.
    Au fond la chaîne de montagne du Djudjura, le massif de l’Aurès et le djebel Chélia point culminant de l’Algérie.
    Taillé inférieur, de gueule aux deux clefs d’or passées en sautoir.
   Sur le tout, un cèdre ; ce sont des régions montagneuses élevées d’où émergent les plus hauts sommets de l’est algérien couvertes par de magnifiques forêts de cèdres.

Héraldique : ” Taillé aux 2/3 : orangé à la montagne de sable à deux coupeaux bordés d’or, un d’argent et un de sable, à la maison à cinq pignons d’or, ajourée, ouverte et maçonnée de sable et d’argent ; de gueules à deux clefs d’or, et passées en sautoir ; et au cèdre de sinople bordé d’or brochant sur le tout. “

CRS 210 – AÏN-TEMOUCHENT

insigne crs 210

Compagnie créée en 1958 à Aïn-Témouchent.
Transférée à Lambersart (59) et dissoute en 1964.

    – La bande d’argent : Ornée des symboles des trois religions monothéistes (étoile de David, croix latine et croissant musulman), placés dans l’ordre chronologique de leurs apparitions sur la terre d’Afrique du Nord et font référence aux trois principales communautés qui y vivaient alors en bonne entente.
    – Le taillé senestre de gueule : Un pampre de vigne souligne la principale richesse viticole de la commune d’Aïn-Témouchent ; en 130 ans, la petite bourgade allait devenir la capitale algérienne du vin. Au centre, une branche de genêt puis une gerbe de blé représente la culture céréalière, autrefois appelé « grenier de Rome » (l’Afrique du Nord romaine).
    – Le taillé dextre d’azur : Une cigogne dans son nid posée sur une cheminée. Sous le nom d’adebar, la cigogne est vénérée dans les pays du Maghreb.

Héraldique : ” Taillé d’azur au soleil éteint levant d’or rayonnant de neuf pièces du même et à la tour d’or ajourée de sable, couverte de feuilles de sable et d’or et surmontée d’une aigrette contournée d’argent au bec et aux pattes d’or et au plumage de sable ; de gueules à la gerbe, à la feuille et à la vigne d’or ; à la traverse d’argent à une croix de David d’or à dextre, à une croix latine d’or en cœur, et à une étoile d’or à senestre au croissant accolé d’or. “

CRS 211 – TIZI-OUZOU

insigne crs 211

Compagnie créée en 1958 à Tizi-Ouzou.
Transférée à Lille (59) et dissoute en 1963.

    De gueules au genêt d’or, mantelé d’argent, au croissant de sinople brochant sur le tout en chef, au chef bastillé de six pièces et deux demies d’azur chargé d’une cigogne volante au naturel.
    Tizi-Ouzou en Kabyle signifie “col des genêts” mais c’est à ces fleurs de montagnes qui couvrent ces pentes que la ville doit son nom.
    Le mur crénelé rappelle le fort Napoléon qui culmine à 961 mètres et le panorama qui se déroule majestueusement à son pied est des plus gracieux et des plus imposant. Fort Napoléon devint dès lors fort National le 11 septembre 1871 lors de l’avènement de la République.

Héraldique : ” Coupé d’azur au cygne volant tourné à dextre d’argent aux ailes de sable, et de fer crénelé sur le tout au mantel de gueules feuillés d’or et surmonté d’un croissant de sinople. “

CRS 212 – PHILIPPEVILLE Nom actuel de la ville : Skikda

insigne crs 212

Compagnie créée en 1958 à Philippeville.
Transférée à Lyon (69) et dissoute en 1964.

    Les cigales d’or ces dernières passaient en 1858 comme la traduction du mot RUSICADE. Premier nom de la ville qui remonte à une époque très ancienne, probablement à la période phénicienne qui se situe entre le XIIème et le VIIIème siècle avant J.C. Les explications mentionnées sur le procès verbal de la séance mémorable du Conseil Municipal de 1859, partaient de prémisses fausses, puisque RUSICADE, n’a jamais voulu dire “Le pays des cigales” mais plus simplement, en phénicien “Le cap du phare”.
    La croix latine rappelle la chrétienté renaissante en Afrique et le croissant, l’emblème actuel de l’islam.

Héraldique : ” De gueules à la croix latine de sable au chef senestre et au croissant de sable à la pointe dextre ; à la bande d’argent aux trois abeilles de sable.”

A droite, l’insigne de la CRS 212 de Philippeville après son transfert à Lyon (69), avec au centre le blason de la ville de Lyon (69).

insigne crs 212